Cher Café du Cycliste,

Nous n'avons pas le plaisir de nous connaître, mais j'aimerais bien me présenter.

Mon histoire n'est pas très différente de celle d'un jeune cycliste européen ayant des aspirations professionnelles, issu de la classe moyenne et ayant une vision optimiste de l'avenir; 25 ans, toujours bien soutenu et en profitant d'une route qui m'a rarement posé trop de problèmes. Pas grâce à des qualités extraordinaires. Oui grâce au soutien de ceux qui roulent avec moi. Un bon travail d'équipe, en somme.
La vie m'a fait emprunter des chemins dont je garde de bons souvenirs. J'ai fait mes premières balades dans les contreforts des Pyrénées. J'ai découvert un nouveau type de cyclisme dans la Méditerranée. Et j'ai fini par tomber amoureux de ce sport dans les plaines de Castille. Sans guère de grands cols entre eux, j'ai toujours été capable d'aborder ces difficultés montagneuses avec une cadence plus ou moins élevée. Comme le disait un de mes amis, je suis un cycliste polyvalent : je ne monte pas, je ne descends pas, et je ne fais pas contre-la-montre. Mais je suis là, fasciné, résistant au rythme écrasant pour ne pas arriver OTL et profitant de la bouffée d'air que le spectateur nous donne avec une bonne poussée après des heures d'attente.
Et c'est surprenant malgré les grimaces, le mauvais temps, les expressions, les bosses... mais l'intensité des sensations et le souvenir des heures passées sur le vélo sont toujours favorables.
La trajectoire jusqu'à présent a été celle d'un jeune amateur, sans grandes démonstrations, avec des résultats occasionnels, mais avec un désir incalculable de continuer à faire tourner la roue.
Julian Alaphilippe (DQS), Pau (France), 2019. L'année 2020, aussi mauvaise qu'elle ait été pour la société, a commencé avec une belle reconnaissance de mon travail par un "super jury", Simon Wilkinson, Chris Auld, Pauline Ballet et Graham Watson
Pas de grands spectacles dans les montées, les descentes ou les terrains accidentés, mais presque toujours avec le vent en poupe, qui ne voudrait pas rouler avec moi?
Ici, vous pouvez vérifier la collecte de mes kilomètres: ena.media.
C'est tout pour le moment. J'espère pouvoir vous être utile.

À bientôt!

Miguel Ena, à Jaca, le 24 janvier 2022
Back to Top